Journées fondatrices :
Journées d’études scientifiques pluridisciplinaires sur les cadres

LEST-CNRS, Aix-en-Provence, 9-10 décembre 1999

pour télécharger le Sommaire des actes au format pdf cliquez ici

 

Compte tenu des interrogations sociales montantes dont les cadres sont l'objet, la recherche sur ce groupe social apparaissait insuffisante à la fin des années 1990. En prenant appui sur les travaux en cours alors au LEST-CNRS, ces journées pluridisciplinaires ont visé à établir un état des lieux des savoirs et des besoins de savoirs qui se nouaient à propos de ce groupe socioprofessionnel.

Deux hypothèses majeures ont été soumises à la réflexion : la déstabilisation de la catégorie de cadres, et le renouvellement de ses modes de gestion par les entreprises. Au-delà de phénomènes plus ou moins circonscrits de précarisation sociale, une série de critères de la distinction statutaire "cadres"/"non cadres" s'efface dans l'entreprise. L'unité symbolique du groupe des cadres est à l'épreuve d'une grande diversification des positions et des trajectoires sociales objectives qui le caractérisent. Il n'est plus de manière aussi évidente que dans les années 1960/1970 le "groupe attracteur" de la société française.

Face à ces tendances, quelles sont les grandes réponses des acteurs sociaux? Comment les firmes, en particulier les firmes multinationales réorganisent leurs modes de gestion des populations de cadres? Comment ces réponses se traduisent-elles dans les fonctions stratégiques que sont la R et D ou l'informatique? Comment diversifient-elles les types de carrière offerts? Quelles sont les réponses des institutions et des organisations qui sont confrontées aux métamorphoses de la condition et de l'identité sociales des cadres?

Les actes de ces Journées ont été regroupés intégralement dans un Document du LEST et une partie d’entre elles ont été remaniées pour être publiées dans l’ouvrage fondateur du GDR Cadres, Cadres : la grande rupture, 2001, La Découverte, ouvrage dirigé par Paul Bouffartigue, avec la collaboration de André Grelon, Guy Groux, Jacqueline Laufer et Yves-Frédéric Livian.

Avec une trentaine de communications et une soixantaine de participants, ces journées ont confirmé que si la recherche en sciences sociales sur ce groupe social était devenue peu visible et fort probablement en recul depuis le début des années 1980, elle était redevenue très vivante à la fin des années 1990. En raison du succès de ces journées et pour mettre en place une synergie au sein d’un réseau de chercheurs, un projet de création du GDR Cadres sous ma direction a été déposé auprès du CNRS en 2000.

Paul BOUFFARTIGUE