Sommaire | Résumés | Abstracts | Resúmenes |Auteur·e·s| Accueil

 

 

61 / 2016

CdG61

Viola Klein, une pionnière

Coordonné par Eve Gianoncelli et Eleni Varikas

 

Viola Klein est une pionnière de la sociologie du genre et une féministe longtemps oubliée et encore largement méconnue. Ce numéro convie à la découverte de l’itinéraire et de l’œuvre d’une intellectuelle qui a placé la question de la subjectivité féminine au cœur de ses préoccupations. 

 

  Introduction au format pdf

  Le numéro sur Cairn

 

 

fleche

Sommaire

 

Dossier

Eve Gianoncelli et Eleni Varikas
Viola Klein (1908-1973). Une outsider dans les sciences sociales de la seconde moitié du XXe siècle (Introduction) [p. 5-20]

Viola Klein
Le caractère féminin, critique d’une idéologie [p. 21-47]

Eve Gianoncelli
La subjectivation en pratique : le devenir féministe de Viola Klein entre expérience de l’altérité et sociologie de la connaissance [p. 49-72]

Sonia Dayan-Herzbrun
« Être un problème est une expérience étrange ». Entre Viola Klein et Theodor Adorno [p. 73-88]

Jane Lewis
Women’s Two Roles, de Myrdal et Klein, et le féminisme anglais d’après-guerre, 1945-1960 [p. 89-110]

David Kettler et Volker Meja
La sociologie comme vocation. Viola Klein et Karl Mannheim [p. 111-129]

Hors-champ

Clémence Schantz
‘Cousue pour être belle’ : quand l’institution médicale construit le corps féminin au Cambodge [p. 131-150]

Matthieu Grossetête
Un genre déclassé : l’information de santé à l’épreuve de la féminisation du journalisme [p. 151-168]

Nassira Hedjerassi
bell hooks : la fabrique d’une ‘intellectuelle féministe noire révoltée’ [p. 169-188]

Lecture d’une œuvre

Rose-Marie Lagrave
Une historienne inclassable : Joan Wallach Scott [p. 189-216]

Notes de lecture

— Laurie Laufer et Florence Rochefort (eds). Qu’est-ce que le genre ? ; Laure Bereni et Mathieu Trachman. Le genre, théories et controverses ; Arnaud Alessandrin et Brigitte Esteve-Bellebeau (eds). « Genre ! L’essentiel pour comprendre ». Miroir/Miroirs, hors-série n° 1 (Lorena Parini)

— Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard et Diane Roman (eds). La loi & le genre. Études critiques de droit français (Jacques Commaille)

— Fabienne Dumont. Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France des années 1970 (Clélia Barbut)

— Brigitte Rollet. Jacqueline Audry. La femme à la caméra (Florence Tissot)

— Laurence Tain. Le corps reproducteur (Manon Vialle)

— Raewyn Connell. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (Régis Schlagdenhauffen)

— Massimo Prearo. Le moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France (Andrés Armengol Sans)

— Christophe Broqua et Catherine Deschamps (eds), Cynthia Kraus (collab.). L’échange économico-sexuel (Elise Palomares)

— Stéphanie Lachat. Les pionnières du temps. Vies profession­nelles et familiales des ouvrières de l’industrie horlogère suisse (1870-1970) (Amandine Tabutaud)

— Léonore Le Caisne. Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait (Lise Gaignard)

[p. 217-253]

 

  Notes de lecture au format pdf

 

Cahiers du Genre, n° 61/2016, décembre, 270 p.

ISSN  1165-3558 - ISBN 978-2-343-10754-7 

 

 

fleche

Résumés

Viola Klein — Le caractère féminin, critique d’une idéologie

Dans la conclusion de The Feminine Character, Viola Klein revient sur les caractéristiques identifiées chez les auteurs qu’elle a étudiés comme relevant de la féminité. Elle soutient que l’on ne peut déduire de cette étude ce qu’est la féminité, qu’il s’agit d’un concept dépendant des biais personnels, des valeurs et des points de vue sociohistoriques de l’observateur. Elle propose des pistes afin d’évaluer davantage ce qui relève du conditionnement social, comme la comparaison des femmes avec d’autres groupes minorés, ou l’examen des changements dont a fait l’objet le caractère féminin dus à l’évolution sociale. À partir d’exemples historiques, elle suggère également de mesurer les effets du découragement sur la créativité féminine.

Klein Viola — Caractère féminin — Stéréotype — Groupes minorés — Créativité féminine

Eve Gianoncelli — La subjectivation en pratique : le devenir féministe de Viola Klein entre expérience de l’altérité et sociologie de la connaissance

Cet article analyse le processus de subjectivation féministe de Viola Klein au croisement de son itinéraire et de sa production scientifique. Il s’agit d’abord de rendre compte de la manière dont l’imbrication des rapports de pouvoir intervient dans l’expérience et l’analyse sociologique de Klein tout en se traduisant par une exploration plus spécifique de la féminité. Dans un second temps, le propos s’attache plus spécifiquement au pro­cessus de subjectivation visible dans The Feminine Character, son ouvrage fondateur du féminisme moderne, en rendant compte en particulier des marques subjectives qui se donnent à voir dans le travail de recherche. Enfin, il se propose d’esquisser une généalogie entre la sociologie de la connaissance de Klein et les épistémologies féministes du point de vue et de la connaissance située.

Klein Viola — Sociologie de la connaissance — Féminité — Altérité — Rapports de pouvoir — Savoirs situés

Sonia Dayan-Herzbrun — « Être un problème est une expérience étrange ». Entre Viola Klein et Theodor Adorno

La radicalité de l’interrogation est l’un des chemins que l’on peut s’autoriser à suivre pour relier Viola Klein à Theodor Adorno, ces deux contemporains, qui, même s’ils ne sont pas rencontrés, ont l’une et l’autre posé la question de la constitution des stéréotypes qui expriment et imposent la domination. Si Viola Klein s’est essentiellement centrée sur la féminité, Adorno avec, en particulier, ses études sur la Personnalité autoritaire, a montré comment s’enchevêtrent ces leurres cognitifs et affectifs que sont les préjugés racistes et les stéréotypes de la masculinité et de la féminité. Tous deux les définissent comme des idéologies, Klein renvoyant ainsi à leur historicité, alors qu’Adorno met en évidence leur supra-individualité. Seul un mouvement permanent de critique et de mise à distance permet d’échapper, au moins un moment, aux pièges qu’ils tendent.

Klein Viola — Adorno Theodor — Stéréotypes — Sexisme — Racisme — Antisémitisme — Féminité — Masculinité

Jane Lewis — Women’s Two Roles, de Myrdal et Klein, et le féminisme anglais d’après-guerre, 1945-1960

La chercheuse en sciences sociales suédoise Alva Myrdal et la sociologue autrichienne émigrée en Angleterre Viola Klein ont publié Women’s Two Roles [Les deux rôles des femmes] en 1956. Ce fut l’un des premiers travaux à suggérer que les femmes pouvaient se marier, avoir des enfants, et aussi travailler, bien que pas de manière simultanée. Myrdal et Klein se sont attaquées au problème de la combinaison du travail rémunéré et non rémunéré en argumentant que les femmes (mais pas les hommes) devaient se conformer aux conditions sociales et économiques modernes en travaillant à temps plein, en ayant et en élevant des enfants, puis en retournant sur le marché du travail à plein temps. Leur préoccupation, celle de Myrdal en particulier, était centrée sur les besoins de la société plutôt que sur les droits individuels et les expériences des femmes. Cet article s’intéresse aux premières idées de Myrdal et Klein, à leur relation de travail, et au contexte idéologique et socioéconomique (en particulier britannique) pour comprendre leur argumentation en faveur d’un modèle duel d’emploi féminin.

Klein Viola — Myrdal Alva — Travail rémunéré / non rémunéré — Maternité — Rôles sexués — Famille — État — Travail ménager

David Kettler et Volker Meja — La sociologie comme vocation. Viola Klein et Karl Mannheim

Cet article met en lumière certains pans fondamentaux des travaux de Viola Klein, en les comparant à ceux de Karl Mannheim. Il montre en quoi Klein utilise la sociologie de la connaissance pour son propre compte. Elle le fait en questionnant le rapport entre idéologie et savoir sur les femmes, dans l’optique abandonnée par Mannheim au moment de son exil en Angleterre. Elle examine attentivement le dilemme de ce qu’elle nomme le ‘caractère féminin’. Pour elle, l’aspiration des femmes à se réaliser en tant qu’individues — notamment en intégrant le marché du travail — ne peut aller de pair avec la négation d’autres traits, décriés par certains courants féministes, mais qu’elle considère comme des qualités : à savoir leur désir de fonder une famille et leur attachement au foyer. Aussi propose-t-elle que ces dimensions figurent dans les objectifs de planification, qu’elle aborde de façon plus complexe que ne le fait Mannheim.

Klein Viola — Mannheim Karl — Sociologie de la connaissance — Subjectivité des femmes — Caractère féminin — Idéologie — Outsiders — État-Providence — Autonomie

* * * * *

Clémence Schantz — ‘Cousue pour être belle’ : quand l’institution médicale construit le corps féminin au Cambodge

La périnéorraphie est une pratique chirurgicale biomédicale qui vise à resserrer fortement le périnée des femmes après un accouchement par voie basse. Au Cambodge, par cette pratique, et à travers l’institution biomédicale, les soignant∙e∙s construisent un corps féminin qui s’inscrit dans une représentation symbolique du corps fortement genrée, où le corps féminin, faible et vulnérable, doit être façonné sur mesure, de manière à répondre aux attentes du corps masculin. Cet article souhaite montrer qu’en rendant les femmes conformes à leur rôle d’épouse, l’institution biomédicale participe à la reproduction de la structure ; il vise également à interroger les logiques des acteurs, notamment l’incorporation de la pratique par les soignantes qui disent rendre ainsi service aux autres femmes.

Corps — Périnéorraphie — Sexualité — Vulnérabilité — Violences — Domination masculine — Ordre social — Cambodge

Matthieu Grossetête — Un genre déclassé : l’information de santé à l’épreuve de la féminisation du journalisme

S’appuyant sur une enquête par entretiens auprès de journalistes de télévision spécialistes des questions de santé ainsi que sur des données statistiques produites à partir des archives de l’Institut national de l’audiovisuel, cet article aborde la question des assignations de genre au sein des rédactions des grandes chaînes généralistes. Il interroge la féminisation ‘par le haut’ de la profession et ses effets sur le rapport au corps des journalistes ainsi que sur les processus de production de l’information de santé. Il montre notamment qu’en se focalisant sur la question du bien-être, le traitement journalistique de ce thème d’actualité privilégie les préoccupations corporelles des fractions féminines des groupes sociaux favorisés.

Médias — Journalistes — Journaux télévisés — Santé (information de) — Féminisation des professions — Corps — Normes

Nassira Hedjerassi — bell hooks : la fabrique d’une ‘intellectuelle féministe noire révoltée’

Ce texte s’intéresse à bell hooks, figure majeure de l’histoire contemporaine du mouvement féministe (africain-)américain. Il cherche à comprendre comment cette féministe noire, ayant grandi dans le Sud états-unien, dans une région rurale ségréguée, issue d’une famille pauvre, est parvenue à se distinguer dans le monde de la production intellectuelle. Il examine son itinéraire exceptionnel à partir de ses écrits autobiographiques, en se centrant sur la période de l’enfance et de la jeunesse, selon une approche articulant différents rapports sociaux (de sexe, de classe et de race).

hooks bell — Black feminism — Rapports sociaux (sexe, classe, race) — Éducation — Biographie — Résistances

* * * * *

Rose-Marie Lagrave — Une historienne inclassable : Joan Wallach Scott

Histoire (critique de l’) — Histoire sociale — Féminismes — Paradoxe — Genre (concept de) — Universalisme — Républicanisme

 

 

 

 

fleche

Abstracts

 

Viola Klein, Pioneer

Eve Gianoncelli and Eleni Varikas — Viola Klein (1908-1973). An outsider within the Social Sciences in the Second Half of the Twentieth Century (Introduction)

Viola Klein — The Feminine Character, critique of an Ideology

In the conclusion of The Feminine Character, Klein takes a closer look at those characteristics which the authors she has studied have identified as denoting femininity. She contends that it is not possible to draw conclusions concerning what constitutes femininity from such an analysis; that femininity is a concept which depends on individual bias, and the values and socio-historical perspective of the observer. She sets out ways in which we may further assess the effects of social conditioning, such as comparing women with other discriminated-against groups, or tracing how the notion of the feminine character has developed as a result of social changes. Drawing on historical examples, she also proposes that we measure the effects of discouragement on female creativity.

Klein Viola — Female character — Stereotypes — Discriminated-against groups — Female creativity

Eve Gianoncelli — Subjectification in Practice: How Viola Klein Became a Feminist via the Experience of Otherness and the Sociology of Knowledge

This article analyses Viola Klein’s experience of feminist subjectification and how her life trajectory intersected with her scholarly publications. It seeks first to account for the ways in which interlocking power relations affected Klein’s experiences and sociological analysis and resulted in a more in-depth exploration of femininity. Subsequently, it focuses more specifically on the process of subjectification which can be read in The Feminine Character, her foundational contribution to modern feminism, paying particular attention to the subjective traces which are visible in her research work. Finally, it outlines the close connections between Klein’s sociology of knowledge and feminist epistemologies from the perspective of situated knowledge.

Viola Klein — Sociology of knowledge — Femininity — Otherness — Power relations — Situated knowledge

Sonia Dayan-Herzbrun — “It’s a Strange Experience to Be a Problem”. Viola Klein and Theodor Adorno

Radical inquiry is one of the potential paths linking Viola Klein with Theodor Adorno; two contemporaries who, even though they never met, both sought to understand how the stereotypes which express and impose domination were constituted. While Viola Klein essentially concentrated on femininity, Adorno — particularly in his study The Authoritarian Personality — demonstrated how the cognitive and affective delusions of racist prejudices and stereotypes of masculinity and femininity are interlinked. Both defined them as ideologies, Klein thereby gesturing towards their historic nature, while Adorno used the term to emphasise their supra-individuality. Only in permanently distancing oneself and adopting a critical stance can we hope momentarily to avoid being caught in their trap.

Klein Viola — Adorno Theodor — Stereotypes — Sexism — Racism — Antisemitism — Femininity — Masculinity

Jane Lewis — Women’s Two Roles, Myrdal, Klein and English Post-War Feminism, 1945-1960

The Swedish social scientist Alva Myrdal and the Austrian sociologist émigré to England Viola Klein published Women’s Two Roles in 1956. It was one of the first pieces of work to suggest that women might marry, have children and also go out to work, albeit not at the same time. Myrdal and Klein tackled the issue of combining paid and unpaid work by arguing that women (but not men) should adjust to modern social and economic conditions, by working full-time, having and raising children and then returning to work full-time. Their concern, particularly Myrdal’s, was focused on the needs of society rather than on the individual rights and experiences of women. The chapter looks at the early ideas of Myrdal and of Klein, their working relationship, and the ideational and socio-economic context (particularly in the UK) for their argument in favour of a bimodal female employment pattern.

Klein Viola — Myrdal Alva — Paid and unpaid work — Motherhood — Gendered roles – Family — State — Housework

David Kettler and Volker Meja — Sociology as a Vocation. Viola Klein and Karl Mannheim

This article highlights some of the basic tenets of Viola Klein’s work and compares them with those of Karl Mannheim. It demonstrates how Klein was able to turn the sociology of knowledge to her own ends. She does this by questioning the relationship between ideology and knowledge concerning women, from the perspective abandoned by Mannheim when he sought refuge in England. She pays close attention to what she terms the dilemma of the ‘feminine character’. For her, women’s ambition to achieve self-realisation as individuals — in particular through entering the job market — cannot be accompanied by the denial of other traits, which some strands of feminism denounced but which she regarded as qualities, such as their desire to establish a family and their attachment to domesticity.  She thus proposed that these dimensions should figure in planning objectives, which she approached in a far more complex manner than Mannheim.

Klein Viola — Mannheim Karl — Sociology of knowledge — Female subjectivity — Feminine character — Ideology — Outsiders — Welfare State — Autonomy

* * * * *

Clémence Schantz — ‘All Sewn up and Pretty’: When the Medical Institution Constructs the Female Body in Cambodia

Perineorrhaphy is a biomedical surgical procedure which seeks to tighten the muscles at the opening of a woman’s vagina following a vaginal birth. Via this practice, and through the biomedical institution, medical professionals in Cambodia construct a female body which is inscribed in a symbolic representation of the highly gendered body, in which the weak and vulnerable female body must be tailored to meet the expectations of the male body. This article seeks to show that in making women conform to the role of wife, the biomedical institution contributes to reproducing structure; it also seeks to interrogate the logic of the actors, and in particular how this practice has been incorporated by female medical professionals who claim that in this way they perform a service for other women.

Bodies — Perineorrhaphy — Sexuality — Vulnerability — Violence — Masculine domination — Social order

Matthieu Grossetête — Downgrading Gender: Health Information and the Feminisation of Journalism

Based on interviews undertaken with television journalists specialising in health issues and on statistical data drawn from the archives of the Institut national de l’audiovisuel [National Audiovisual Institute], this article tackles the question of assigned gender roles within the editorial teams of the major general-interest channels. It examines how the profession has been feminised from above, and the effects of this on journalists’ relationships with their bodies as well as on the process by which health information is produced. It demonstrates in particular that in focusing on well-being — the hot topic of the moment — journalism privileges the bodily concerns of women from better-off social groups.

Media — Journalists — Television news — health (information) — Feminisation of professions — Bodies — Norms

Nassira Hedjerassi — bell hooks: The Making of a ‘Rebel Black Feminist Intellectual’

This article concerns bell hooks, a key figure in the contemporary history of the (African) American feminist movement. It seeks to understand how this Black feminist, who grew up in a poor family in a segregated rural area of the South of the United States, came to prominence for her intellectual output. It draws on her autobiographical writings to examine her exceptional trajectory, focusing in particular on her childhood and youth, and using an approach which combines different social relationships (of sex, class, and race).

bell hooks — Black feminism — Social relationships (sex, class, race) — Education — Biography — Resistance

* * * * *

Rose-Marie Lagrave — Joan Wallach Scott: An Uncategorisable Historian

History (criticism) — Social history — Feminisms — Paradox — Gender (concept) — Universalism — Republicanism

 

 

 

fleche

Resúmenes

 

Viola Klein, una pionera

Eve Gianoncelli y Eleni Varikas — Viola Klein (1908-1973). Una outsider en las ciencias sociales de la segunda mitad del siglo XX (Introducción)

Viola Klein — El carácter femenino, critica de una ideología

En la conclusión de The Feminine Character, Klein vuelve a plantear las características en relación con la feminidad identificadas en los autores que ella ha estudiado. Ella sostiene que no se puede deducir de este estudio lo qué es la feminidad, que se trata de un concepto dependiente de los sesgos personales, de los valores y de los puntos de vista socio-históricos del observador. Ella sugiere pistas para evaluar más lo que ataña del condicionamiento social, como la comparación de las mujeres con otros grupos infravalorados, o el examen de los cambios del carácter femenino, debidos a la evolución social. A partir de ejemplos históricos, ella sugiere también de medir los efectos del desaliento sobre la creatividad femenina.

Klein Viola — Carácter femenino — Estereotipo — Grupos infravalorizados — Creatividad femenina

Eve Gianoncelli — La subjectivación en práctica: el futuro feminista de Viola Klein entre experiencia de la alteridad y sociología del conocimiento

En este artículo se analiza el proceso de la subjetivación feminista de Viola Klein al cruce de su itinerario y su producción científica. Se trata primero de rendir cuentas de la manera en que la imbricación de las relaciones de poder interviene en la experiencia y el análisis sociológico de Klein al mismo tiempo que se traduce por una exploración más específica de la feminidad. En segundo lugar, se une específicamente al proceso de subjetivación visible en The Feminine Character, su obra fundadora del feminismo moderno, dando cuenta en particular de las marcas subjetivas que se hacen visibles en el trabajo de investigación. Por último, se propone esbozar una genealogía entre la sociología del conoci­miento de Klein y las epistemologías feministas del punto de vista y del conocimiento situado.

Klein Viola — Sociología del conocimiento — Feminidad — Alteridad — Relaciones de poder — Conocimientos situados

Sonia Dayan-Herzbrun — “Ser un problema es una experiencia extraña”. Entre Viola Klein y Theodor Adorno

La radicalidad de la interrogación es uno de los caminos que podemos autorizarnos a seguir para vincular Viola Klein con Theodor Adorno, estos dos contemporáneos quienes, a pesar de no haberse encontrado, han adoptado una y otro la cuestión de la constitución de los estereotipos que expresan e imponen la dominación. Si Viola Klein se ha centrado principalmente en la feminidad, Adorno, en particular con sus estudios sobre la Personalidad autoritaria, mostró cómo se entrelazan estos señuelos cognitivos y emocionales que son los prejuicios racistas y los estereotipos de la masculinidad y feminidad. Ambos los definen como ideologías, Klein renviando a su historicidad, mientras que Adorno destaca su supra-individualidad. Sólo un movimiento permanente de crítica y distanciamiento permite escapar, al menos un momento, a las trampas que ellos tienden.

Klein Viola — Adorno Theodor — Estereotipos — Sexismo — Racismo — Antisemitismo — Feminidad — Masculinidad

Jane Lewis — Women’s Two Roles, de Myrdal y Klein, y el feminismo inglés de la posguerra, 1945-1960

La investigadora en ciencias sociales sueca Alva Myrdal y la socióloga austriaca emigrada en Inglaterra Viola Klein han publicado Women’s Two Roles [Los dos roles de las mujeres] en 1956. Este fue uno de los primeros trabajos en sugerir que las mujeres podían casarse, tener hijos, y también trabajar, aunque no de manera simultánea. Myrdal y Klein han planteado el problema de la combinación del trabajo remunerado y no remunerado argumentando que las mujeres (pero no los hombres) deben ajustarse a las condiciones sociales y económicas modernas trabajando a tiempo completo, teniendo y criando niños y niñas, volviendo luego al mercado del trabajo a tiempo completo. Su preocupación, la de Myrdal en particular, se centraba en las necesidades de la sociedad en lugar de los derechos individuales y las experiencias de las mujeres. Este artículo se interesa a las primeras ideas de Myrdal y Klein, a su relación de trabajo y al contexto ideológico y socioeconómico (especialmente británico) para comprender su argumentación a favor de un modelo dual de empleo femenino.

Klein Viola — Myrdal Alva — Trabajo remunerado / no remunerado — Maternidad — Papeles sexuados — Familia — Estado — Trabajo doméstico

David Kettler y Volker Meja — La sociología como vocación. Viola Klein y Karl Mannheim

Este artículo destaca algunas secciones clave de la obra de Viola Klein, comparándolas con las de Karl Mannheim. Muestra cómo Klein utiliza la sociología del conocimiento por su propia cuenta. Ella lo hace cuestionando la relación entre ideología y conocimiento sobre las mujeres, en la óptica abandonada por Mannheim en el momento de su exilio en Inglaterra. Ella examina cuidadosamente el dilema de lo que ella denomina el ‘carácter femenino’. Para ella, la aspiración de las mujeres para realizarse como individuos — en particular al integrar el mercado de trabajo — no puede ir de par con la negación de otras características, descritas por ciertas corrientes feministas, pero que ella considera como cualidades: es decir, su deseo de formar una familia y su apego al hogar. Entonces propone que estas dimen­siones se encuentran en los objetivos de planificación, que ella plantea de forma más compleja de lo que lo hace Mannheim.

Klein Viola — Mannheim Karl — Sociología del conocimiento — Subjetividad de las mujeres — Carácter femenino — Ideología — Outsiders — Estado de bienestar — Autonomía

* * * * *

Clémence Schantz — ‘Cocida para ser bella’: cuando la institución médica construye el cuerpo femenino en Camboya

La perineorrafia es una práctica quirúrgica biomédica que busca apretar fuertemente el perineo de la mujer después del parto vaginal. En Camboya, por esta práctica, y a través de la institución biomédica, lo∙a∙s cuidadore∙a∙s construyen un cuerpo femenino que se inscribe en una representación simbólica del cuerpo fuertemente generizado, donde el cuerpo femenino, débil y vulnerable, debe estar moldeado sobre medida, con el fin de satisfacer las expectativas del cuerpo masculino. En este artículo busca mostrar que al volver las mujeres conforme a su rol de esposas, la institución biomédica participa a la reproducción de la estructura; pretende también cuestionar las lógicas de los actores, incluyendo la incorporación de la práctica por lo∙a∙s cuidador∙e∙s que ayudan de esta forma a las otras mujeres.

Cuerpos — Perineorrafia — Sexualidad — Vulnerabilidad — Violencias — Dominación masculina — Orden social — Camboya

Matthieu Grossetête — Un género desclasificado: la información de la salud a prueba de la feminización del periodismo

Basado en una encuesta por entrevistas a periodistas de televisión especialistas en temas de salud y en datos estadísticos producidos a partir de los archivos del Instituto Nacional del Audiovisual, este artículo plantea la cuestión de las asignaciones de género en los equipos de redacción de los principales canales de televisión generalistas. Cuestiona la feminización ‘por arriba’ de la profesión y sus efectos en la relación con el cuerpo de los periodistas, así como sobre los procesos de producción de la información de salud. Muestra en particular que al centrarse en la cuestión del bienestar, el tratamiento periodístico de este tema de actualidad favorece las preocupaciones corporales de las fracciones femeninas de grupos sociales privilegiados.

Medios de comunicación — Periodistas — Noticieros — Salud (información de) — Feminización de las profesiones — Cuerpos — Normas

Nassira Hedjerassi — bell hooks: la fábrica de una ‘intelectual feminista negra rebelde’

Este texto se interesa en bell hooks, figura mayor de la historia contemporánea del movimiento feminista (africano-)estadounidense. Busca comprender cómo este feminismo negro, que creció en el Sur de los Estados Unidos, en una zona rural segregada, originaria de una familia pobre, alcanzó a distinguirse en el mundo de la producción intelectual. Examina su recorrido excepcional a partir de sus escritos autobiográficos, centrándose en el período de la infancia y de la juventud, según un enfoque que articula diferentes relaciones sociales (de sexo, de clase y de raza).

hooks bell — Feminismo negro — Relaciones sociales (sexo, clase, raza) — Educación — Biografía — Resistencias

* * * * *

Rose-Marie Lagrave — Una historiadora inclasificable: Joan Wallach Scott

Historia (critica de la) — Historia social — Feminismos — Paradoja — Género (concepto de) — Universalismo — Republicanismo

 

 

 

fleche

Auteur·e·s

Sonia Dayan-Herzbrun est professeure émérite de sociologie politique à l’Université Paris7-Denis Diderot, membre du Laboratoire de changement social et politique (LCSP) et directrice de Tumultes, revue interdisciplinaire sur les phénomènes politiques contemporains. Elle est également collaboratrice régulière de la revue En attendant Nadeau. Ses axes de recherche portent sur la théorie critique dans ses rapports au postcolonial et sur les mouvements politiques au Moyen-Orient où elle privilégie la dimension genrée. Parmi les derniers textes qu’elle a publiés en 2016 dans des ouvrages collectifs :
— (2016). « Révolutions arabes, entre le local et le global ». In Szczepankiewicz-RudzkaEwa, KadriAissa (eds). North Africa In The Process of Change. Cracovie, Księgarnia Akademicka.
— (2016). « Agir politique et citoyenneté des femmes au tournant des révolutions arabes ». In Gillot Gaëlle, Martinez Andrea (eds). Femmes, printemps arabes et revendications citoyennes. Paris, IRD éd.

Eve Gianoncelli achève actuellement une thèse de doctorat en science politique et études de genre. Elle est membre du Cresppa-GTM. Elle fut ATER en science politique à l’Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis ainsi qu’à l’Université Paris-Dauphine et Lurcy-Fulbright Fellow à l’Université de Columbia. Ses recherches se situent au croisement de l’histoire intellectuelle, de la théorie politique et des études de genre et portent en particulier sur l’épistémologie, l’histoire des idées féministes et les formes d’expérience et de subjectivité minoritaires.
— (2016). « Les voies de la (re)connaissance : Claude Cahun, artiste et intellectuelle au miroir transatlantique ». Genre, sexualité & société (à paraître).

Matthieu Grossetête est chercheur au Laboratoire des sciences sociales du politique (LASSP/Sciences Po Toulouse) et associé au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP/Université Paris 1-EHESS). Ses travaux portent sur la stratification sociale et la construction des problèmes publics. Il a publié sa thèse, qui a reçu le prix Recherche de l’Inathèque de France. Parmi ses publications :
— (2012). Accidents de la route et inégalités sociales. Les morts, les médias et l’État. Vulaines-sur-Seine, éd. du Croquant « Champ social ». Il a également contribué à trois ouvrages collectifs et publié des articles dans des revues à comité de lecture. Parmi ces derniers :
— (2014). « Grande cause, petit écran. Le handicap selon la télévision française (1995-2009) ». Genèses, n° 95.

Nassira Hedjerassi est professeure en sociologie de l’éducation à l’Université de Reims – Champagne-Ardennes et directrice du Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (Cérep). Ses recherches portent sur les féminismes africains-américains et africains, sur l’accès des femmes aux professions semi-intellectuelles et intellectuelles supérieures, en particulier l’accès des femmes à la production philosophique. Elle a notamment publié :
— (2012). « Expériences de groupes de féministes des migrations (forcées) en France dans les années 2000 ». In Bard Christine (ed). Les féministes de la deuxième vague. Rennes, Pur.
— (2014). « Angela Davis : la formation d’une philosophe féministe radicale, au croisement des oppressions de classe, de race et de sexe ». Raisons éducatives, n° 18.

David Kettler est Research Professor au Bard College de New York et professeur émérite de sciences politiques et Cultural Studies à Trent University (Ontario). Il est un des grands spécialistes de la sociologie allemande, en particulier du cercle de Max Weber, Karl Mannheim, Georg Simmel, et dans le contexte de la République de Weimar qui conduira certains intellectuels au nazisme. Il a aussi produit une œuvre importante et originale sur l’exil des intellectuels – et, chose rare, des intellectuelles – avant et pendant la montée du nazisme et apporté un éclairage précieux sur le voyage et la métamorphose des idées. Parmi ses nombreux ouvrages :
— (1995). Karl Mannheim and the Crisis of Liberalism. The Secret of These New Times (with Volker Meja). New Brunswick & London, Transaction Publishers.
— (2008). Karl Mannheim and the Legacy of Max Weber: Retrieving a Research Programme. Aldershott & Burlington, Ashgate.

Viola Klein (1908-1973) fut sociologue. Après avoir occupé différentes positions non statutaires, elle obtient en 1971 un poste de maîtresse de conférences en sociologie à l’Université de Reading. Juive tchèque exilée en Angleterre suite à la montée du nazisme, elle réalise en 1944, sous la direction de Karl Mannheim, une thèse fondatrice du féminisme moderne et de ce que l’on nommera plus tard le genre, qui paraît en 1946 sous le titre The Feminine Character. Elle est également pionnière dans la sociologie du travail des femmes, introduisant la question du double rôle des femmes, c’est-à-dire la possibilité d’articuler vie familiale et vie professionnelle, bien que de manière successive, à travers l’ouvrage co-écrit avec Alva Myrdal, Women’s Two Roles. Home and Work, paru en 1956.

Rose-Marie Lagrave, sociologue, est directrice d’études à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux à l’École des hautes études en sciences sociales (IRIS/EHESS). Spécialiste des mondes ruraux, elle a ensuite créé des ateliers de formation en sciences sociales dans les pays d’Europe centrale après 1989, puis en 2006 le master « Genre, politique et sexualité » à l’EHESS où elle a donné durant plusieurs années un séminaire intitulé « Dire et se dire féministe ». Elle a notamment publié :
— (1987) (ed). Celles de la terre. Agricultrice, l’invention politique d’un métier. Paris, éditions de l’EHESS.
— (1998). Voyage aux pays d’une utopie déchue. Plaidoyer pour l’Europe centrale. Paris, Puf [traduction en roumain (2006). Prin tarile unei utopii apuse. Iasi, Polirom].

Jane Lewis est professeure émérite de politique sociale à la London School of Economics and Political Science. Elle est associée à la British Academy et à la Royal Society of Canada. Ses recherches depuis une quarantaine d’années ont porté sur les politiques sociales en lien avec l’histoire des femmes, le genre, les politiques familiales et les organisations du tiers secteur. Elle est l’auteure, ou co-auteure, de 14 ouvrages, en a dirigé 16 et publié plus de 400 articles et chapitres d’ouvrages. Parmi ses publications majeures :
— (2001). The End of Marriage? Individualism and Intimate Relations. Cheltenham, Edward Elgar.
— (2009). Work-Family Balance, Gender and Policy. Cheltenham, Edward Elgar.

Volker Meja est professeur émérite à la Memorial University au Canada. Il a fait ses études et enseigné en Allemagne, puis aux États-Unis avant de s’installer au Canada en 1972 comme professeur de sociologie, de la pensée sociale et du politique, de l’histoire des idées et de l’écologie politique. Spécialiste reconnu de la sociologie de la connaissance, de la sociologie allemande contemporaine et de la pensée de Karl Mannheim, il a écrit et co-édité de nombreux livres et plus d’une centaine d’articles, publiés ou traduits dans douze langues. Il a notamment publié :
— (1990). Knowledge and Politics. The Sociology of Knowledge Dispute (with Nico Stehr, eds). New York & London, Routledge [rééd. 2016].

Clémence Schantz est doctorante en sociodémographie (démographie compréhensive ou anthropological demography), sous la direction de Véronique Petit. Elle est sous contrat doctoral à Paris Descartes avec une mission d’enseignement en ethnologie (2014/2016) au Ceped (Centre population & développement – UMR 196), Université Paris Descartes-IRD. Elle est par ailleurs sage-femme depuis 2005. Sa thèse porte sur : « Démographie compréhensible des pratiques périnéales biomédicales à Phnom Penh, Cambodge ». Elle a publié :
— (2015). “Reasons for Routine Episiotomy: A Mixed-Methods Study in a Large Maternity Hospital in Phnom Penh, Cambodia” (avec Kim Kruy Leang, Ek Meng Ly, Barennes Hubert, So Sudaroth, Goyet Sophie). Reproductive Health Matters, vol. 23, n° 45.
doi:10.1016/j.rhm.2015.06.012.
— (2015). « ‘Maman, je peux habiter dans ton ventre ?’ Rêve et socialisation du fœtus au Cambodge ». Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, n° 25.

Eleni Varikas est professeure émérite de théorie politique et d’études de genre à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et membre du Cresppa-GTM. Ses recherches portent sur le genre dans la théorie politique, les paradoxes de l’universalisme, la constitution et la hiérarchie des différences, sur le concept de paria, les héritages politiques des empires européens, enfin, sur l’épistémologie féministe. Parmi ses dernières publications :
— (2012). « Max Weber et l’anthropologie » (avec Michael Löwy). L’année sociologique, vol. 62, n° 1.
— (2013). « Max Weber. Le genre et la sexualité au cœur de la sociologie des religions ». In Rochefort Florence, Sanna Maria Eleonora (eds). Normes religieuses et genre. Mutations, résistances et reconfiguration, XIXe-XXe siècle. Paris, Armand Collin.

 

fleche