Sommaire | Résumés | Abstracts | Resúmenes |Auteur·e·s| Accueil

 

 

45 / 2008

45

Les fleurs du mâle :
masculinités sans hommes ?

Coordonné par Marie-Hélène Bourcier et Pascale Molinier

 

Ce numéro explore divers agencements inventés par des individus assignés femmes pour composer avec la masculinité. En quoi les femmes et les lesbiennes masculines, les trans’ ftm (female to male) sont-elles ou ils des hommes pas comme les autres ? Les masculinités inventées à partir de leurs expériences ont-elles le pouvoir de modifier le système sexe/genre, jusqu’où, comment ? Quelles sont les relations entre ces masculinités sans hommes et les masculinités hégémoniques, d’un côté, le féminisme, de l’autre ? 

 

 

  Le numéro sur Cairn

 

 

fleche

Sommaire

 

Dossier

Marie-Hélène Bourcier et Pascale Molinier
Introduction [p. 5-14]

Esther Newton
Le mythe de la lesbienne masculine : Radclyffe Hall et la Nouvelle Femme [p. 15-42]

Josch Hoenes
Images et formations de corps d'hommes trans. Politique visuelle dans les photographies de Loren Cameron [p. 43-57]

Marie-Hélène Bourcier
Technotesto : biopolitiques des masculinités tr(s)ans hommes [p. 59-84]

Entretiens croisés avec Carine Bœuf, Morty Diamond, Jin Haritaworn, Vincent He-say, Jean Bobby Noble et Stephen Whittle
Masculinités queer, trans et post-trans : les rejetons du féminisme (Propos recueillis par Marie-Hélène Bourcier et Pascale Molinier) [p. 85-124]

Robin Bauer
Queeriser les genres dans les 'communautés gouines BDSM' [p. 125-152]

Pascale Molinier
Pénis de tête. Ou comment la masculinité devient sublime aux filles [p. 153-176]

Hors-champ

Philippe Lacombe
Les identités sexuées et ‘le troisième sexe’ à Tahiti [p. 177-197]

Notes de lecture

— Jean Bobby Noble. Masculinities Without Men? Female Masculinity in Twentieth-Century Fictions (Julie Guillot)

— Susan Stryker & Stephen Whittle (eds). The Transgender Studies Reader (Maxime Cervulle)

— Elsa Dorlin. La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française (Stéphane Le Lay)

— Maud Gelly. Avortement et contraception dans les études médicales : une formation indadaptée (Simone Bateman)

— Rebecca Rogers. Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXe siècle (Florence Rochefort)

— Delphine Naudier et Brigitte Rollet (eds). Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ? (Perin Emel Yavuz)

— Revue Tiers Monde. « Économie solidaire : des initiatives locales à l’action publique » (Madeleine Hersent)

— Baptiste Coulmont. Sex-shops : une histoire française (Estelle Couture)

— Juliette Rennes. Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1880-1940 (Marlaine Cacouault-Bitaud)

[p. 199-230]

  Notes de lecture au format pdf

Comptes rendus de colloques

— Public/privé : genre et recomposition des espaces sociaux – Gruyères (Barbara Lucas)

— Gender – Genre – Geschlecht. Travelling Concepts – Berne (Cornelia Möser)

[p. 231-238]

Comptes rendus de thèses

— Léo Thiers-Vidal. De « L’Ennemi principal » aux principaux ennemis. Position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination (Anne Verjus)

— Laure Bereni. De la cause à la loi. Les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000) (Catherine Achin)

— Anne Revillard. La cause des femmes dans l’État : une comparaison France-Québec (1965-2007) (Sandrine Dauphin)

— Natacha Borgeaud Garciandía. Les sujets du labeur. Travail à l’usine, travail de soi et subjectivité des ouvrières et ouvriers des maquilas du Nicaragua (Jean-François Laé)

— Elsa Galerand. Les rapports sociaux de sexe et leur (dé)matérialisation. Retour sur le corpus revendicatif de la Marche mondiale des femmes de 2000 (Roland Pfefferkorn)

[p. 239-250]

 

Cahiers du Genre, n° 45/2008, décembre, 270 p.

ISSN  1165-3558 - ISBN  978-2-296-06813-1

 

fleche

Résumés

Esther Newton — Le mythe de la lesbienne masculine : Radclyffe Hall et la Nouvelle Femme

Au XIXe siècle, la première génération de Nouvelles Femmes, bourgeoises éduquées et indépendantes, privilégia l’exaltation des amitiés amoureuses à l’expression publique de la sexualité entre femmes. Radclyffe Hall appartient à la seconde génération, contemporaine du modernisme prônant la liberté sexuelle contre les valeurs victoriennes. Hall est souvent condamnée pour avoir repris le modèle de l’invertie des sexologues, mais comment aurait-elle pu s’y prendre pour faire de la Nouvelle Femme éprise des femmes un être sexuel ? Les femmes, selon les critères de l’époque, n’ayant pas de libido, l’affirmation de leur sexualité passe par la masculinisation, garçonne hétérosexuelle ou lesbienne costumée en homme. Dans ce système de représentation, la lesbienne féminine est une impossibilité logique.

Nouvelle Femme — Lesbienne masculine — Inversion de genre — Invertie — Hall Radclyffe — Krafft-Ebing (von) Richard — Ellis Havelock

Josch Hoenes — Images et formations de corps d’hommes trans. Politique visuelle dans les photographies de Loren Cameron

Josch Hoenes analyse trois photographies de Loren Cameron par lui-même dans des poses de bodybuilding. Si ces images sont indubitablement politiques, au sens où elles visibilisent les hommes transsexuels, le lien entre la figure du bodybuilder et la masculinité hégémonique blanche pourrait se prêter à une lecture critique queer. La thèse de l’auteur est qu’en dépit de leur ambivalence, les nus de Cameron déplacent les représentations de la masculinité et de la transsexualité, montrant que la masculinité n’est pas tant liée à la possession d’un pénis qu’à celle d’un corps spécifiquement codé, ainsi qu’à sa mise en scène. Cameron se distingue par ailleurs de la rhétorique de la souffrance psychique et du ‘faux corps’ qui caractérisent les représentations populaires des transsexuels. 

Transsexualité — Masculinité blanche — Bodybuilding — Pénis (absence de) — Politiques visuelles — Discours médical — Cameron Loren

Marie-Hélène Bourcier — Technotesto : biopolitiques des masculinités tr(s)ans hommes

En relisant l’autobiographie de Max Wolf Valerio, The Testosterone Files : My Hormonal and Social Transformation from FEMALE to MALE, parue en 2006, et compte tenu des réappropriations dont font actuellement l’objet des technologies biopolitiques comme l’autobiographie et la prise d’hormones par les transhommes, nous verrons comment le féminisme radical lesbien séparatiste peut ironiquement produire un machisme à la fois testostéroné et féministe et conduire à une réinvention de son corps et de sa sexualité. In fine, c’est une nouvelle prolifération des masculinités et de corps inédits qui se profile et dont ne sauraient rendre compte des approches s’appuyant sur la question de la reproduction aliénante ou de l’imitation non plus que les ‘masculinités féminines’ subversives tant célébrées par Halberstam et la théorie queer de la première vague.

Transgender studies — Masculinités féminines — Transmasculinité — Théorie queer — Féminisme — Technologie (de genre) — Autobiographie — Testostérone

fleche

Robin Bauer — Queeriser les genres dans les ‘communautés gouines BDSM’

Dans cet article, je veux analyser le potentiel des pratiques BDSM à ‘queeriser’ les genres (l’appropriation, la renégociation et l’imagination des masculinités sans ‘hommes’) et poser la question de savoir si ce potentiel qui est développé par certaines subcultures est transférable dans la réalité de la vie quotidienne. En m’appuyant principalement sur une analyse empirique des ‘communautés gouines BDSM’ aux États-Unis et en Europe occidentale, je vais m’attarder plus particulièrement sur la question de savoir pourquoi et comment cette scène particulière fonctionne comme un espace social perçu comme un terrain de jeu pour explorer les genres en général et expérimenter des masculinités au-delà des corps masculins en particulier. 

Sexualité — Queer — Genre — BDSM — ButchFemDrag king — Transsexualité — Trans ftm — Jeu de rôle — ‘Communauté gouine’

 

Pascale Molinier — Pénis de tête. Ou comment la masculinité devient sublime aux filles

Cet article, centré sur la masculinité psychique des femmes hétérosexuelles, propose une lecture critique des positions des psychanalystes sur l’envie du pénis et le ‘complexe de masculinité’, en soulignant que le travail figure, dans l’ensemble de ces théories, comme un point aveugle. Un pas vers une meilleure intégration des aspirations féminines à faire œuvre consiste à considérer le ‘complexe de masculinité’ comme une voie normale d’accès à la sublimation dans le contexte de nos sociétés occidentales.

Pénis (envie de) — Masculinité (complexe de) — Féminité mascarade — Fantasmes — Travail

*   *   *  

Philippe Lacombe — Les identités sexuées et ‘le troisième sexe’ à Tahiti

Dans de nombreuses îles du Pacifique, sous différentes appellations, existent des personnes, ni hommes ni femmes, mi-hommes mi-femmes. En Polynésie française, les mahus sont définis comme des hommes douceurs ou encore des femmes prisonnières de corps d’hommes. Les temps anciens attestent de leur présence ainsi que de leurs fonctions sociales. L’arrivée des missionnaires et de la morale chrétienne a participé à l’émergence d’un nouvel ordre moral et sexuel. Les mahus restent aujourd’hui présents et visibles. Elles/ils sont intégré·e·s dans la vie locale, professionnelle, culturelle et sont accepté·e·s, tant que la sexualité reste non dite ou non visible (tabu). On examinera ici comment cette figure emblématique s’articule à d’autres — celle du rae rae et celle de la vahiné — et en quoi elle permet d’interroger les catégories de sexe, contribuant par là même à la remise en cause d’une approche binaire des identités sexuées.

Catégories de sexe — Identités sexuées — Rôles sexués — Sexualité — Corps — MahuRae rae — Polynésie

 

 

fleche

Abstracts

 

Flowers of the male. Masculinities without men?

Esther Newton — The mythic mannish lesbian: Radclyffe Hall and the New Woman  

In the 19th century, the first generation of New Women, educated and independent middle-class women, favoured the exaltation of loving friendships rather than the public expression of sexuality between women. Radclyffe Hall belonged to the second generation, contemporary with a modernism that preached sexual freedom as against Victorian values. Hall is often condemned for having used the invert model of sexologists, but how could she do otherwise in representing the New Woman attracted by women as a sexual being? Since the criteria of the period presumed women were without libido or sexual desire, the affirmation of their sexuality was achieved through masculinisation — a heterosexual tomboy or lesbian dressed as a man. In this representative system, a feminine lesbian was a logical impossibility.

New Woman — Mannish lesbian — Gender inversion — Inverted — Hall Radclyffe — Krafft-Ebing (von) Richard — Ellis Havelock

Josch Hoenes — Body Images and formations of male trans. Visual politics in the photographs of Loren Cameron

Josch Hoenes analyses three self-portrait photos of Loren Cameron in bodybuilding poses. While these images are undeniably political, in the sense that they make visible transsexual men, the link between the body of the bodybuilder and hegemonic white masculinity lends itself to a queer critical reading. The article argues that despite their ambivalence the Cameron nudes deplace representations of masculinity and transsexuality, showing that masculinity is not so much linked to the possession of a penis as to a specific body type and its self-representation. Cameron stands out moreover by his distance from the rhetoric of psychological suffering and the “wrong body” that characterises popular images of transsexuals.

Transsexuality — White masculinity — Bodybuilding — Penis (absence of) — Visual politics — Medical discourse — Cameron Loren

Marie-Hélène Bourcier — Technotesto: Biopolitics of transmasculinities without men

Through a rereading Max Wolf Valerio’s autobiography, The Testosterone Files: My Hormonal and Social Transformation from FEMALE to MALE, published in 2006, taking into account the reappropriations currently being practised on biopolitical technologies as well as autobiographies and the taking of hormones by male trans, the article shows how radical lesbian separatist feminism can ironically produce a testeronised and feminist machismo that leads to a reinvention of the body and its sexuality. In fine, a new proliferation of masculinities and new bodies is developing and cannot be understood by approaches based on the idea of alienating reproduction or the imitation of the subversive “feminine masculinities” so celebrated by Halberstam and the first wave of queer theory.

Transgender studies — Feminine masculinities — Transmasculinity — Queer theory — Feminism — Gender technologies — Autobiography — Testosterone

fleche

Robin Bauer — Queering genders in the “dyke BDSM communities”

In this article I want to examine the potential that BDSM practices have in queering gender as an example of appropriating, renegotiating and envisioning masculinities without “men” and to what extent the potential certain subcultures develop in this regard is transferable to everyday realities. Drawing mainly on an empirical study of the dyke + BDSM communities in the USA and Western Europe, I will focus on the question why and how this particular scene functions as a social space that is perceived as a safe playground to explore genders in general and experiment with masculinities beyond male bodies in particular.

Sexuality — Queer — Gender — BDSM — Butch — Femme — Drag king — Transsexuality — Trans ftm — Role playing — Dyke community

Pascale Molinier — Penis in the head. Or how masculinity becomes sublime to girls

This article, focused on the psychological masculinity of heterosexual women, proposes a critical reading of the position of psychoanalysts concerning “penis envy” and the “masculinity complex” emphasizing that work is a blind spot in all these theories. A step towards a better integration of women’s aspiration to achieve consists in considering the “masculinity complex” as the normal road to sublimation in the context of our Western societies.

Penis envy — Masculinity complex — Feminity masquerade — Fantasies — Work

*   *   *

Philippe Lacombe — Gendered identities and the “third sex” in Tahiti

In many Pacific islands, and under a variety of designations, one finds people who are neither male nor female, half-women and half men. In French Polynesia mahus are defined as sweetened men or women trapped in men’s bodies. Historical accounts confirm their existence as well as their social functions. The arrival of missionaries and Christian morality contributed to the emergence of a new moral and sexual order. The mahus are still present and visible today. They are integrated into local professions and cultural life and are accepted as long as their sexuality is not expressed and remains invisible (tabu). This article examines how this emblematic figure is linked to others — that of the rae rae and of the vahiné — and how this makes it possible to question gender categories thus challenging the binary approach to gender identities.

Gender categories — Gender identities — Gender roles — Sexuality — Body — Mahu — Rae rae — Polynesia

 

fleche

Resúmenes

 

Les fleurs du mâle. ¿Masculinidades sin varones?

Esther Newton — La mítica lesbiana masculina : Radclyffe Hall y la Nueva Mujer

En el siglo XIX, la primera generación de Nuevas Mujeres, burguesas educadas e independientes, privilegia la exaltación de las amistades amorosas a la expresión pública de la sexualidad entre mujeres. Radclyffe Hall pertenece a la segunda generación, contemporánea del modernismo preconizando la libertad sexual contra los valores victorianos. Con frecuencia Hall es condenada por haber retomado el modelo de invertida de los sexólogos, pero ¿cómo habría podido ella hacer de la Nueva Mujer apasionada por las mujeres un ser sexual? Las mujeres, según los criterios de la época, no teniendo libido, la afirmación de su sexualidad pasa por la masculinización, “garzona” heterosexual  o lesbiana vestida en hombre. En este sistema de representación, la lesbiana femenina es una imposibilidad lógica.

Nueva mujer — Lesbiana masculina — Inversión de género — Invertida — Hall Radclyffe — Kraft-Ebing (von) — Ellis Havelock

Josch Hoenes — Imágenes y formaciones de cuerpos de hombres trans. Política visual en las fotografías de Loren Cameron

Josch Hoenes analiza tres fotografías de Loren Cameron por ella misma en poses de culturismo. Si esas imágenes son indudablemente políticas, en el sentido en que ellas visibilizan los hombres transexuales, el vínculo entre la figura del culturista y la masculinidad hegemónica blanca podría prestarse a una lectura crítica queer. La tesis de la autora es que a pesar de su ambivalencia los desnudos de Cameron desplazan las representaciones de la masculinidad y de la transexualidad, mostrando que la masculinidad no es tan liada a la posesión de un pene que a la de un cuerpo específicamente codificado, lo mismo que su puesta en escena. Cameron se distingue por otro lado de la retórica del sufrimiento físico y del “falso cuerpo” que caracteriza las representaciones populares de los transexuales.

Transexualidad — Masculinidad blanca — Culturismo — Pene (ausencia de) — Políticas visuales — Discurso médico — Cameron Loren

Marie-Hélène Bourcier — Tecnotesto: biopolíticas de las masculinidades trans sin varones

Realizando la autobiografía de Max Wolf Valerio, The Testosterone Files: My Hormonal and Social Transformation from FEMALEto MALE, publicado en 2006 y teniendo en cuenta las reapropiaciones  que hacen actualmente el objeto de las tecnologías biopolíticas como la autobiografía y la toma de hormonas por los transhombres, veremos como el feminismo radical lesbiano separatista puede irónicamente producir un machismo al mismo tiempo testosteronado y feminista y conducir a una reinvención de su cuerpo y de su sexualidad. In fine, es una nueva proliferación de las masculinidades y de cuerpos inéditos que se perfila y del que no sabríamos dar cuenta de sus enfoques apoyándose sobre la cuestión de la reproducción alienante ni tampoco de la imitación que las ‘masculinidades femeninas’ subversivas tan famosas por Halberstam y la teoría queer de la primera ola.

Estudios transgénero — Masculinidades femeninas — Transmasculinidad — Teoría queer — Feminismo — Tecnología (de género) — Autobiografía — Testosterona

Robin Bauer — Queerizar los géneros en las ‘comunidades marimachas BDSM’

En este articulo, quiero analizar el potencial de las practicas BDSM en queerizar los géneros, es decir la apropiación, la renegociación y la imaginación de masculinidades sin ‘hombres’, y plantear el problema de saber si ese potencial que es desarrollado por ciertas subculturas es transferible en la realidad de la vida cotidiana. Apoyándome principal­mente sobre un análisis empírico de las ‘comunidades marimachas BDSM’ en los Estados Unidos de América y en Europa occidental, voy a detenerme particularmente sobre la cuestión de saber por qué y cómo esta escena particular funciona como un espacio social percibido como un terreno de juego para explorar los géneros en general y expe­rimentar unas masculinidades mas allá de los cuerpos masculinos en particular.

Sexualidad — Queer — Género — BDSM — ButchFemmeDrag king — Transsexualidad — Trans ftm (de mujer a hombre) — Interpretación de roles — Comunidades lesbianas

Pascale Moliner — Pene de cabeza. O como la masculinidad se vuelve sublime a las chicas

Este articulo, centrado en la masculinidad psíquica de las mujeres heterosexuales, propone una lectura critica de las posiciones de los psicoanalistas sobre la envidia del pene y el ‘complejo de masculinidad’, subrayando que el trabajo representa, en el conjunto de esas teorías, como un punto ciego. Un paso a hacer hacia una mejor integración de las aspiraciones femeninas consiste en considerar el ‘complejo de masculinidad’ como una vía normal de acceso a la sublimación en el contexto de nuestras sociedades occidentales.

Pene (envidia de) — Masculinidad (complejo de) — Feminidad mascarada — Fantasmas — Trabajo

*   *   *

Philippe Lacombe — Las identidades sexuadas y ‘el tercer sexo’ en Tahiti

Dentro de numerosas islas del Pacifico, bajo diferentes apelaciones, existen unas personas, ni hombres ni mujeres, medio hombres medio mujeres. En la Polinesia francesa, los mahus son definidos como hombres dulces o más aún mujeres prisioneras de cuerpos de hombres. Los tiempos antiguos atestiguan de su presencia así como de sus funciones sociales. La llegada de los misioneros y de la moral cristiana participó a la emergencia de un nuevo orden moral y sexual. Les mahus permanecen hoy día presentes y visibles. Ellas/ellos son integrados/as en la vida local, profesional, cultural y son aceptados/as, en tanto que la sexualidad permanezca no dicha o no visible (tabu). Aquí se examinara como esta figura emblemática se articula a otras — al de rae rae y de la vahiné — y en lo que ella permite de interrogar las categorías de sexo, contribuyendo por la misma al replanteamiento de un enfoque binario de las identidades sexuadas.

Categorías de sexo — Identidades sexuadas — Roles sexuados — Sexualidad — Cuerpos — MahuRae rae — Polinesia

 

fleche

Auteur·e·s

Robin Bauer enseigne le genre et les science studies à l’Université d’Hamburg et à l’Université de Göttingen (Allemagne). Il termine actuellement son doctorat en sociologie sur les pratiques et les communautés queer BDSM. Il a publié de nombreux articles sur le BDSM, le transgenderisme, la polyamorie, les genres et les science studies, tout en combinant son activisme avec sa recherche universitaire.
Parmi ses publications :     
— (2006). Gender in Naturwissenschaften: ein Curriculum an der Schnittstelle der Wissenschaftskulturen (Bauer Robin & Götschel Helene [eds]). Mössingen-Talheim, Talheimer.
— (2007). Unbeschreiblich Männlich. Heteronormativitätskritische Perspektiven (Bauer Robin, Hoenes Josch, Woltersdorff Volker [eds]). Hamburg, Männerschwarms Verlag.

Marie-Hélène Bourcier est activiste et théoricienne queer et fondatrice du premier groupe queer en France, le Zoo. Elle a ouvert le premier séminaire de master queer en 2007 à L’École des hautes études en sciences sociales (fmybrain.org) et enseigne les études culturelles, les théories féministes et la théorie queer à l’Université Lille III. Elle a traduit Teresa de Lauretis et La pensée straight de Monique Wittig et publié de nombreux articles sur les genres, les sexualités, la pornographie et la post-pornographie, les cultures et les politiques queer.
Elle est l’auteure de :
— (2001). Queer Zones. Politique des identités sexuelles et des savoirs.Paris, Balland [rééd. (2006). Paris, Éd. Amsterdam].
— (2005). Sexpolitiques. Paris, La Fabrique.

Josch Hoenes est assistant au département de sciences de l’art à l’Université de Brême. Ses principaux champs de recherche sont les études culturelles visuelles et la théorie queer. Il est membre du programme post-doctoral « Études sur les cultures et les genres » à l’Université d’Oldenburg où il termine son doctorat intitulé « Les politiques visuelles de la représentation des masculinités transgenres ».
Parmi ses publications récentes :
— (2007). “ ‘Im falschen Körper’: Implikationen der Räumlichen Metaphorik in der Wissensproduktion Transsexualität”. In Ronald Langner et al. (eds). Ordnungen des Denkens. Debatten um Wissenschaftstheorie und Erkenntniskritik.Berlin, LIT-Verlag.
— (2007). Unbeschreiblich Männlich. Heteronormativitätskritische Perspektiven (Bauer Robin, Hoenes Josch, Woltersdorff Volker [eds]). Hamburg, Männerschwarms Verlag.

Philippe Lacombe est professeur de sociologie, directeur de l’IUFM du Pacifique. Il est membre du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC – UMR 6038 CNRS) et associé à l’EA de l’UNC, Centre des nouvelles études sur le Pacifique (CNEP). Ses recherches sociologiques consistent à étudier la construction des identités adolescentes, dans les interactions avec le système éducatif et leurs pairs — les conduites à risque et délinquantes notamment —, ainsi que la construction des identités sexuées, dans leurs interactions avec des institutions ou des espaces professionnels ou culturels.
Il a notamment publié :
— (2005). « La féminisation de la marine nationale, entre évidences et questionnement sociologique ». Revue des Champs de Mars (La Documentation française), n° 17.
— (2008). « Une lecture genrée de l’insertion sportive et professionnelle ; le cas des navigatrices de course au large » (avec Cécile Le Bars). Sociologie du travail (à paraître). 

Pascale Molinier est maître de conférences en psychologie du travail au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et membre du Laboratoire de psychologie du travail et de l’action du CNAM. Elle est rédactrice en chef de la revue Travailler et membre du comité de lecture des Cahiers du Genre. Elle consacre ses recherches à « Psychodynamique du travail et rapports sociaux de sexe » et à « Genre, travail et sexualité ». Elle a notamment publié :
— (2003). L’énigme de la femme active. Paris, Payot.
— (2006). Les enjeux psychiques du travail. Paris, Payot.

Esther Newton est professeure d’anthropologie à l’Université de Michigan. Elle est l’auteure de nombreux ouvrages de référence sur les cultures de genre gaies et lesbiennes états-uniennes, notamment du classique Mother Camp Female Impersonation in America paru en 1972 (Englewood Cliffs, Prentice-Hall. Rééd. en 1979, University of Chicago Press), l’une des premières enquêtes de terrain sur les cultures drag qui inspira Judith Butler dans sa réflexion sur la drag queen. Son dernier ouvrage paru est un recueil de textes sur son métier d’anthropologue queer : Margared Mead Made me Gay, Personnal Essays, Public Ideas (Duke University Press, Durham & London, 2000).

fleche